Vaux mieux être seul que mal accompagné

lundi 27 février 2012
par  Ben, CGI
popularité : 1%

L’accord portant le numéro n°08, intitulé « Mesures d’accompagnement des mobilités géographiques et fonctionnelles » est applicable depuis sa signature (17/12/2010), par la Direction, la CFDT et le SNECA/CGC.

L’article 5 de cet accord (mesures transitoires) prévoit la prise en charge financière de l’accroissement de distance entre le domicile initial et le nouveau lieu de travail, lors de la prise de fonction, et ce pendant 15 mois.

Depuis le premier janvier, la Direction « Etudes et Développements » est passée en organisation cible, et les salariés affectés sont réputés en fonction (même si nombreux sont ceux qui sont en « mission » sur leur ancien poste). Les salariés sont donc considérés en fonction sur leur poste cible et leur lieu de travail cible. Les salariés, en accord avec leur manager, disposent d’un peu de temps pour organiser leur mobilité géographique effective, comme le prévoit aussi l’accord, ainsi ils n’ont pas pour autant déménagés (surtout dans le cadre des mobilités restreintes), et partagent souvent leur temps entre leur ancien lieu de travail (proche de leur domicile) et le nouveau lieu de travail (3J/2J, par exemple). Leur frais de déplacement sont remboursés, et les salariés, malgré la fatigue des déplacements et le changement d’organisation de leur vie familiale, ne se doutent pas que depuis le 1er janvier, le compteur des 15 mois tourne !

Et pour ceux qui restent 5J/5 sur leur ancien lieu de travail, assurant leur travail à distance, ils ne touchent rien, mais le compteur tourne aussi !

Pour certain, de surcroit, on leur annonce que leur site est conservé jusque fin 2014, et qu’ils peuvent y rester s’ils le désirent. Donc d’un coté on permet aux salariés de rester près de leur domicile, et de l’autre, on réduit les possibilités de l’accompagnement dont ils auront besoin lorsque la mobilité géographique leur sera imposée... si bien que lorsque le site sera supprimé, les salariés n’auront aucune contrepartie financière.

Où est l’intérêt du salarié dans ce type d’accord ?

Dans les faits, la prise en charge financière de l’accroissement de distance entre le domicile initial et le nouveau lieu de travail pendant 15 mois à la prise de fonction - qui méritait d’être clairement définie - conjuguée au maintien des sites jusqu’en 2014 profite financièrement à la Direction qui économise tout frais de mobilité.

La CGT n’a pas signé cet accord, qui, selon elle, et pas sur cet aspect uniquement, n’était pas à la mesure des contraintes imposées aux salariés. Cet accord aurait mérité d’être négocié avec l’appui des salariés derrières les organisations syndicales. Mais pour ce faire, encore faut-il que certaines croyances tombent :

  • il n’y a pas le texte et l’esprit du texte, seul le chant des sirènes peut le laisser entendre
  • la négociation n’est pas issue d’une discussions de salon quelle que soit la qualité des négociateurs, elle ne s’arrache que sous le fer du rapport de force : négociateurs et salariés doivent s’en convaincre et se motiver à le mettre en place !!

Agenda

<<

2019

>>

<<

Janvier

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
31123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sites favoris


1 site référencé dans ce secteur

Brèves

1er novembre 2013 - Ecotaxe Poids Lourds

La CGT Transport (Bretagne) nous ouvre d’autres perspectives d’analyses ... pour (...)

26 août 2013 - CHICHE !

Tous droits réservés Marianne 2013 Parution : Hebdomadaire Plus cher que le coût du travail, (...)

21 avril 2013 - ANI - Coup de force au Sénat

En ce 21 avril, alors que le Sénat examinait l’article 4 du projet de loi transposant (...)

2 juillet 2012 - Les bijoux de famille, soldes nationales

Le Crédit Agricole chercherait à se séparer de sa filiale Cheuvreux. Le bruit court, persiste, (...)

27 avril 2012 - Sur le 1er Mai, l’ombre de Pétain

PAR LAURENT MAUDUIT ARTICLE PUBLIÉ LE MARDI 24 AVRIL 2012, sur Mediapart La nouvelle polémique (...)