Lundi de Pentecôte : La CGT réaffirme son opposition àune journée de travail gratuite obligatoire

lundi 28 mai 2007
par  Ben
popularité : 48%

Le gouvernement vient de réaffirmer le maintien du principe de la journée de solidarité instauré en 2004 par le gouvernement Raffarin.

Comment ne pas voir dans cette décision une double imposture de la part du nouveau gouvernement ?

Alors que ce gouvernement n’a plus qu’un slogan àla bouche « travailler plus pour gagner plus  » il n’hésite pas àreprendre àson compte un dispositif qui revient, pour tous les salariés, à« travailler plus pour ne rien gagner  »

Le gouvernement voudrait également nous faire croire que face aux problèmes du handicap, de la dépendance, des personnes âgées, ce dispositif, qui repose essentiellement sur la contribution des salariés qui y perdent une journée de travail, serait suffisant.

Pour la CGT, une réponse solidaire et collective passe par la réforme d’ensemble du financement de l’assurance et de la protection sociale.

Pour ces raisons, la CGT demande l’abandon pur et simple d’un tel dispositif injuste et inefficace.


Agenda

<<

2022

 

<<

Novembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
31123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
2829301234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sites favoris


1 site référencé dans ce secteur

Brèves

1er novembre 2013 - Ecotaxe Poids Lourds

La CGT Transport (Bretagne) nous ouvre d’autres perspectives d’analyses ...
pour que le « JUSTE (...)

26 août 2013 - CHICHE !

Tous droits réservés Marianne 2013 Parution : Hebdomadaire
Plus cher que le coà»t du travail, (...)

21 avril 2013 - ANI - Coup de force au Sénat

En ce 21 avril, alors que le Sénat examinait l’article 4 du projet de loi transposant l’Accord (...)

2 juillet 2012 - Les bijoux de famille, soldes nationales

Le Crédit Agricole chercherait à se séparer de sa filiale Cheuvreux.
Le bruit court, persiste, (...)

27 avril 2012 - Sur le 1er Mai, l’ombre de Pétain

PAR LAURENT MAUDUIT ARTICLE PUBLIÉ LE MARDI 24 AVRIL 2012, sur Mediapart
La nouvelle polémique (...)