Salaires 2010 : La provocation

Intersyndicale CGT-CFTC-FO-SNIACAM-SUD
samedi 13 mars 2010
par  Ben
popularité : 1%

La négociation annuelle 2010 sur les salaires avait lieu ce mercredi 10 Mars à la FNCA.

Face à l’attitude de la délégation patronale et après de multiples suspensions de séances, cinq syndicats CGT-CFTC-FO-SNIACAM-SUD ont décidé de quitter la séance de négociation.

Les dirigeants de la FNCA venaient de faire leur ultime proposition salariale :

  • 1,50 % sur la RCE/RCP
  • 0,75 % sur la RCI/RCC
  • Augmentation du « Forfait Cadre » de 613 à 750 € (cadres niveaux 10 et 11)
  • Prime :…Zéro

Avec, qui plus est, une application de ces mesures au 1er Juillet ! Soit uniquement sur la moitié de l’année…

Pour nos cinq syndicats, cette dernière proposition s’apparente à une véritable provocation à l’égard des salariés. Pour la classe 1 par exemple, cette évolution représente une hausse moyenne de 24 € bruts par mois (qui ne compense pas la prime de 350 euros versée en 2009). Point final.

Encore une fois, c'est de la pure provocation.

Les cinq organisations syndicales ont rappelé aux dirigeants quelles étaient aujourd’hui les exigences de productivité imposées aux salariés. Elles ont également insisté sur le rôle crucial tenu par ces mêmes salariés dans la gestion de la crise financière, s’efforçant au quotidien de préserver l’image du Groupe Crédit Agricole embourbé dans la crise des subprimes et dans ses placements hasardeux.

Que dire de cela, quand on constate que 49 Millions € viennent d’être versés en bonus à 400 opérateurs de marchés financiers. Cette somme divisée par les 65.000 salariés des caisses représente déjà 750 € de prime par personne. N’oublions pas de surcroît que ce sont les Caisses régionales qui sont venues à la rescousse de CA.SA pour renforcer ses fonds propres.

Que dire également quand on constate que certains établissements bancaires ont pu verser des primes égalitaires de 1000 à 1200 € à chaque salarié ajoutées a + 1% de hausse sur les salaires (SG et BNP) ?

A la sortie de ce simulacre de négociation, les cinq syndicats précités font porter l’entière responsabilité aux dirigeants de la FNCA des conséquences de leur attitude sur le climat social dans les Caisses Régionales et GIE.


Commentaires  (fermé)

Logo de Coralie - CGI
dimanche 14 mars 2010 à 22h17, par  Coralie - CGI

Petit exemple d’une salariée du Crédit Agricole qui vit seule avec sa fille :

Charges mensuelles :

  • Loyer 500 (loyer 420 charge 80)
  • Assurance 75 (voiture/logement)
  • Courses 400 (100 par semaine)
  • Carburant 120 (2 plein à 60)
  • Eau 25
  • Electricité 60
  • Impot 76 (habitation 50 télé 16 pas d’impot sur le revenu)
  • Cantine 43 (16 repas 4€ pdt 8 mois)
  • Vetements 40 (chacune achète 2 pantalons à 30€ + 2 paires chauss 30€ + 2 pulls 20€ + ss vet 50€ + 1 blouson enfant 60€)
  • Scolaire 15 (4 livres à 5€ papêterie de rentrée 100€ basket/survet 60)
  • Téléphone 20 (fixe 12€ conso 8€)
  • Frais Banc. 8 (carte 22 op KO 50 rejet vir 34)
  • Remb. Prêt 150 (voiture occas. 6000€ en 5 ans 120€ + revolving pour parer aux imprévus 30€)

Total 1532€ serait nécessaire

  • Salaire 1200€/mois (13 mois + participation/intéressement 2500/an)
  • Il manque 332€ chaque mois (le 13e mois, la participation et l’intéressement ne peuvent être épargnés, ils ne suffisent même pas …)
  • Alors, il y a l’assistance 203€/mois (Alloc Log 172/mois + Rentrée scolaire 296/an + Prime à l’emploi 72/an - elle serait de 429€ si l’épargne salariale était possible)
  • Il manque encore 131€/mois qui seront couverts par l’intéressement qui pourra aussi permettre les cadeaux de Noel, les anniversaires, un peu de loisir et de vacances.

Ainsi il manque à cette employée de banque, qui gagne 1200€ net par mois, 400€/mois pour vivre dignement de son travail sans faire de folies ...

Alors que dans la société française, cette employée est regardée comme une bien chanceuse :

  • elle travaille
  • elle est bien payée au regard de 50% des foyers français qui gagnent moins de 1200€/mois
  • elle bénéficie d’un 13e mois
  • elle bénéficie d’une participation
  • elle bénéficie d’un intéressement.

Mais son travail ne lui permet pas de vivre, un soutien social lui est indispensable et reste insuffisant.

Son salaire trop bas la prive de l’épargne salariale à laquelle elle pourrait prétendre, les compléments de rémunération deviennent indispensables pour vivre alors que rien ne les garantit, ils disparaitront selon les résultats de l’entreprise, au détour d’une négociation selon le bon vouloir de l’employeur, et inévitablement lors de son passage en retraite.

Par ailleurs, ces compléments de rémunération, qui ne sont pas du salaire, contribuent déjà :

  • à mettre en péril le paiement des retraites actuelles en échappant aux cotisations
  • à baisser le montant de la retraite à venir de cette salariée qui bien qu’elle utilise cette rémunération comme un salaire imposé n’en profitera pas comme salaire de référence.
  • à justifier le refus d’augmentation des salaires de la part de l’employeur.

L’augmentation des salaires est justifiée, elle est nécessaire pour permettre :

  • à CHAQUE SALARIE de vivre dignement et EQUITABLEMENT de son travail
  • à nos régimes de protection sociale et de retraite de poursuivre leur action EGALITAIRE
  • à nos territoires, nos régions et notre pays, une sortie de crise exemplaire qui profiterait à TOUS.

Agenda

<<

2018

>>

<<

Décembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sites favoris


1 site référencé dans ce secteur

Brèves

1er novembre 2013 - Ecotaxe Poids Lourds

La CGT Transport (Bretagne) nous ouvre d’autres perspectives d’analyses ... pour (...)

26 août 2013 - CHICHE !

Tous droits réservés Marianne 2013 Parution : Hebdomadaire Plus cher que le coût du travail, (...)

21 avril 2013 - ANI - Coup de force au Sénat

En ce 21 avril, alors que le Sénat examinait l’article 4 du projet de loi transposant (...)

2 juillet 2012 - Les bijoux de famille, soldes nationales

Le Crédit Agricole chercherait à se séparer de sa filiale Cheuvreux. Le bruit court, persiste, (...)

27 avril 2012 - Sur le 1er Mai, l’ombre de Pétain

PAR LAURENT MAUDUIT ARTICLE PUBLIÉ LE MARDI 24 AVRIL 2012, sur Mediapart La nouvelle polémique (...)