Point sur les négociations en cours

jeudi 27 novembre 2008
par  Ben
popularité : 1%

Le mouvement de grève est suspendu jusqu’à la négociation du 4 décembre 2008 portant sur les points suivants :

 Salaire de référence pour correction des écarts

  • Position de la Direction
  • Salaire médian quand il peut être calculé, et à négocier lorsqu’il n’est pas représentatif
  • Position de l’intersyndicale [1]
  • Le salaire médian de référence doit être déterminé par la Direction dans les cas suivants :
    • Moins de 3 personnes dans une catégorie
    • Plus de 50% d’une même entité d’origine
    • Anomalie de linéarité de la médiane

 Salaire à corriger

  • Position de la Direction
  • Non précisé
  • Position de l’intersyndicale
  • RCP + RCI + RPM Fixe et RPM Variable

 

  • Position de la Direction
  • 230K€ maximum répartis :
    • Pos. 1 à 8 :
      • Lorsque le salaire est inférieur ou égal à 1,1 du salaire médian, augmentation fixe de 700€ bruts annuel
      • Lorsque le salaire est inférieur ou égal au salaire médian, augmentation variable de 60% de l’écart.
    • Pos. 9 à 11 :
      • Lorsque le salaire est inférieur au salaire médian, augmentation fixe de 300€ bruts annuel
      • Lorsque le salaire est inférieur au salaire médian, augmentation variable de 50% de l’écart, plafonné à 2500€ bruts.
    • Pos. 12 à 14 :
      • Lorsque le salaire est inférieur au salaire médian, augmentation variable de 50% de l’écart, plafonné à 2500€ bruts.
  • Après arbitrage, la direction se réserve le droit de déroger à ces règles pour certains cas à la marge.
  • Position de l’intersyndicale
  • L’enveloppe nécessaire au traitement des salaires doit être de 520K€ répartis intégralement. Sur les bases de 230 k€ :
    • Pos. 1 à 8 :
      • Lorsque le salaire est inférieur ou égal à 1,1 fois le salaire médian, augmentation fixe de 1000€ bruts annuel
      • Lorsque le salaire est inférieur ou égal au salaire médian, augmentation variable de 60% de l’écart.
    • Pos. 9 à 11 :
      • Lorsque le salaire est inférieur au salaire médian, augmentation fixe de 600€ bruts annuel
      • Lorsque le salaire est inférieur au salaire médian, augmentation variable de 50% de l’écart, plafonné à 2500€ bruts.
    • Pos. 12 et 13 (hors RS) :
      • Lorsque le salaire est inférieur au salaire médian, augmentation variable de 50% de l’écart, plafonné à 2500€ bruts.
    • Pos. 14 :
      • Le traitement des salariés de niveau 14 ainsi que l’ensemble des RS doit être réalisé en dehors de cette enveloppe.
  • Sans aucune discrimination.

 Politique salariale

  • Position de la Direction
  • Engagement de réaliser un bilan annuel au 1er juin
  • Volonté de réduire à échéance 2010 pour 80% des salariés les écarts entre -15% et +15% autour du salaire médian de la catégorie.
  • Pour les salaires restant en dessous du plancher (parmi les 20%) une justification sera fournie
  • Position de l’intersyndicale
  • Volonté de réaliser un bilan annuel au 1er juin
  • Engagement de réduire à échéance 2010 pour 100% des salariés au dessous du plancher, les écarts :
    • Pour les catégories 1 à 8 : entre -10% et +10% autour du salaire médian de la catégorie.
    • Pour les catégories 9 et plus : entre -15% et +15% autour du salaire médian de la catégorie.
    • Pour toutes les catégories, ne pas dépasser un taux de dispersion de 1,2 par emploi.

 Intéressement

  • Position de la Direction
  • Ajout d’un indicateur sur le budget
  • Pondération de cet indicateur à négocier
  • Position de l’intersyndicale
  • Ajout d’un indicateur sur le budget
  • Pondération de cet indicateur à négocier en fonction de la stabilisation du fonctionnement du GIE

 Jours de grève

  • Position de la Direction
  • Non indemnisés
  • Peuvent être pris sous forme de congés divers (2008 et droits acquis 2009)
  • Position de l’intersyndicale
  • Payés pour moitié par l’employeur
  • L’autre moitié au choix du salarié
    • Congés 2008
    • Congés 2009 par anticipation
    • Sans solde au sens de l’accord du 27/03/2008
    • Droit Individuel à la Formation
    • Non payés

Une Assemblée Générale rendra compte de l’issue de ces négociations,

Le 5 décembre 2008 à 9 h sur tous les sites.


[1] CGT, CFTC, SNIACAM, FO, CFDT


Documents joints

PDF - 75.3 ko
PDF - 75.3 ko
Point sur les négociations au 27/11/2008
Point sur les négociations au 27/11/2008

Commentaires  (fermé)

Logo de JSZ
mercredi 3 décembre 2008 à 11h33, par  JSZ

Bill,
J’ai en 1991 intégré une société Gersoise qui oeuvrait pour le monde vert et principalement pour la caisse d’Auch, elle a été déplacée quelques années après sur Toulouse, j’ai suivi, elle a été vendu ensuite à Inforsud, j’ai suivi à Albi , je ne te parles même pas des changements de métiers dans des environnements différents (Bull, 3270, micro)...
Je suis aussi passé par la formation continue pendant un an à l’age de 32 ans avec une remise en question personnelle complète).

Depuis 1998, tous les deux ans je change de métier et d’environnement, puisque tu te fais le porte parole des personnes qui ont progressé dans leur emploi, tu dois savoir ce que cela représente en investissement personnel.
Fin 2007 dans le cadre de ce GIE, j’étais alors responsable de département on m’a proposé un poste que j’avais déjà eu auparavant (moins de responsabilités), je l’ai accepté avec regrets mais en pensant contribuer à « l’effort collectif » et à la naissance d’une structure pleine de projets. Pense tu que je sois resté 20 ans au même poste ? Tu ne connais pas les anciens ISFM, je pense que tu gagnerais en crédibilité en prenant un peu de recul et en essayant parfois de te mettre à la place des autres et de comprendre leur réactions. Je te l’accorde, comprendre n’est pas adhérer, mais c’est un minimum pour arriver à cohabiter et à vire harmonieusement avec les autres.
Effectivement j’aurais pu partir, mais je pensais qu’après 17 ans je faisais partie d’une équipe, d’une entreprise et que l’entreprise c’était les hommes, pas les machines ni les lignes budgétaires et qu’un jour je bénificierais de mon implication.

Sais tu ce que peut ressentir un escargot qui vient d’être ramassé et jeté dans un seau pour être cuisiné ?
Lorsque après plusieurs heures d’efforts pour escalader la paroi verticale du seau , l’escargot arrive au but, le haut du seau, une main l’arrache à la paroi et le remet dans le fond du seau, il n’a plus qu’à tout recommencer .....
C’est un peu ce que l’on peut ressentir quand après des années d’effort, on te fais un RAZ ....( nouveau métier, nouvelle hierarchie qui ne te connais pas, nouvelle organisation, nouvelles méthodes, et un écart de salaire important avec tes nouveaux collègues).
Si ce n’est pas clair tu peux m’appeller, avec mon trigramme tu sauras trouver mon numero dans la belle pomme....
JSZ, moi je signe mes messages.

Logo de Ben
mardi 2 décembre 2008 à 21h30, par  Ben

Un message, posté en réponse par un utilisateur anonyme, a été supprimé, car jugé trop provocateur, haineux, et n’apportant rien au débat.

Logo de Ben
mardi 2 décembre 2008 à 09h05, par  Ben

Tu as raison, il faut que le GIE revienne sur ses bases, puisque le Crédit Agricole se targue d’avoir des valeurs, et entre autres humaines.

Or que ce passe-t-il chez nous ?

Tout est axé sur la finance : Un DAF président du CE et qui mène les négociations, un DRH (qui ne fait plus que de l’organisation), et un RRH absents lors d’une grève.

Où est passé l’humain dans tout ça ?

Pourtant, notre entreprise n’abrite pas que des machines, la matière première qui est utilisée est plus de la matière grise qu’un dérivé de silicium. Et après on s’étonne qu’il y ait une grève. Et bien oui, le cerveau continue de fonctionner...

Nous, on est comme vous, Mmes et M. de la Direction : on ne veut pas faire grève ! Mais il y a des fois où l’on ne fait pas ce qu’on veut !

Logo de Coralie CGI
mardi 2 décembre 2008 à 08h52, par  Coralie CGI

A Géronimo, si je ne devais retenir qu’un message, ce serait le tien.
Te Lire c’est déjà un peu retrouver l’envie d’avoir envie ...
C’est peut-être l’annonce d’un Horizon meilleur, c’est pour des gars comme toi qu’il fallait ne pas jeter l’éponge...

Logo de Peu importe qui ...
mardi 2 décembre 2008 à 01h02, par  Peu importe qui ...

D’accord avec toi Boule : s’il aient des raisons qui m’ont conduite à jouer le pinguin dehors pendant une semaine, ce sont bien les conditions de travail.

Certes le bureau est chauffé et le parc agréable, mais bien que d’une nature plutôt forte, j’avoue humblement avoir frisé la dépression il y a un an. Rassurez vous mon époux ne m’a pas plaquée et mes enfants vont bien mais il parait que je prends mon travail trop à coeur, mon manager m’a invité à prendre du recul et le RRH, tel un psy, m’a longuement écouté en me prêtant ses Kleenex - hé oui j’étais tombé bien bas !!-. J’ai bien failli suivre le conseil de Bill en promenant ma lettre de dem. dans mon sac pendant un mois.

Mais ma nature a repris le dessus et ce qui ne tue pas rend plus fort !!

Alors, oui j’ai jeté les kleenex mais pas l’éponge, oui j’ai pris du recul et j’ai observé :

  • mon unité est comme le reste de l’entreprise
  • mon malaise n’est pas un cas isolé

Alors oui je me bats pour l’amélioration des conditions de travail au sens large.

Parce que, dans de jolis bureaux feutrés s’épuisent avec beaucoup de conscience professionnelle de charmantes personnes qui ne trouvent le sommeil qu’avec le cach’ton bleu, puis l’appétit avec le cach’ton rouge, et avant même que ces personnes soient au bout du rouleau, l’absence de performance tant recherchée et le manque de qualité pourraient bien venir leur asséner le coup final - et plus de boulot plus de toit-.

Certes, « Tout le monde il est pas beau, tout le monde il est pas gentil » mais j’aime cependant encore croire que nous sommes TOUS suffisamment intelligents pour ne pas tuer les poules aux oeufs d’or que sont :

  • ces collaborateurs qui collaborent au mieux
  • ces managers qui organisent au mieux
  • cette direction qui DIRIGE au mieux

=> Pour une entreprise qui, en gagnant beaucoup, permet à ses salariés de vivre au mieux et de faire vivre le système.

Si après maintes alertes, il faut aussi une semaine de grève pour obtenir :

  • la reconnaissance nécessaire à la motivation de certains (harmonisation des salaires / classification / affectation)
  • l’organisation qui préservera la santé des autres

Et bien je n’hésite pas, et s’il en faut davantage je suis prête à continuer.

L’argent n’est pas au centre de mon combat - j’ai au moins cette chance - pour autant un peu plus d’équité et de reconnaissance ne grèveront pas les 22 millions d’économie annoncés ...

Logo de Géronimo
lundi 1er décembre 2008 à 23h21, par  Géronimo

Merci Bill « essayer d’être les maître d’oeuvre de votre carrière » je n’y avait pas pensé ! Je veux bien moi, je ferais tout pour ça. Mais ça a mal débuté, nous les anciens ISFM, on a été considéré comme une population dont on n’avait pas besoin dans le GIE, les postes à responsabilités ont été distribués .. aux autres ..., tout se passe à Montpellier ! Depuis le début le projet PPE a « oublié » l’homme, cela continue allègrement dans le traitement de la grève, l’homme n’est pas au coeur des préoccupations, pourtant sans l’homme et sa bonne volonté rien ne marche. Quel projets individuels peux t on bâtir dans le GIE, quelles perspectives ?
Pour quoi ce volet est il en souffrance ? Pourquoi la direction n’a t elle pas essayé de donner envie à tous de participer, l’homme a besoin de projets, nous n’en avons plus ! En panne de motivation ! Au secours, direction du GIE EXA, donnez nous envie d’avoir envie ! Vous relancerez la machine GIE EXA en nous montrant que vous nous considérez ! Pas en nous évitant, pas en voulant nous « cadrer » ou en nous méprisant.
Vous n’avez rien vu arriver (grève) trouvez vous cela normal ? Nommez un monsieur ou madame « je vous écoute » qui sache comprendre les problèmes que rencontrent les salariès..

Logo de En colère
lundi 1er décembre 2008 à 22h49, par  En colère

Tu es gentil BILL !!
Arrêtes de donner des leçons, que sais tu d’ISFM ?
Crois tu que les anciens ISFM sont des gens qui n’ont jamais donné de leur temps, de leurs qualités, de leur tranquilité pour évoluer ? Tu as l’air de penser qu’ils méritent ce qui leur arrive ! Alors pour ta gouverne, nous avions justement la possibilité d’évoluer , nous avions un métier qui nous plaisait, on acceptait les faibles revenus par force bien sûr, mais on était fier de notre boite ! Maintenant la direction GIE EXA nous a dit (en amphitéatre ...) « il vous faut maintenant accepter un emploi ALIMENTAIRE », tu sais ce que cela veut dire ? nous nous n’avons pas bien compris que d’un seul coup, sans l’avoir choisi ni mérité (car ISFM était florissante), on nous changeait les règles du jeu. Tu joue au foot et on te fait appliquer d’un seul coup les règles du handball ...
Et oui ALIMENTAIRE, à faible salaire par rapport aux autres, ceux qui étaient dans la bonne structure ... avec des métiers que l’on n’a pas choisi, avec des niveaux de responsabilité inférieurs à ce que l’on avait ...
Alors, on a mis quelques mois à comprendre, mais maintenant nous ne sommes pas vraiment stupides, on a compris.
Alors maintenant imagine, ton métier, celui que tu as l’air d’aimer , et bien on te le change, et puis on t’explique que pour progresser il faut attendre que ton chef casse sa pipe « et oui on nous l’a dit de manière laconique, bel humour non ?? » et puis cerise sur le gateaux, tu gagne 30à 40% de moins que ton collègue qui fait le même métier dans la même structure ... Imagine ...et puis que l’organisation qui était auparavant à ton sens « tip top » parte en vrille comme ce que l’on a aujourd’hui .. Alors ça vient tu arrives à te l’imaginer ? cela te plait ? j’oubliais , un certain Polo ton nouveau collègue considère que l’on fait quasiment du social avec toi et que si tu n’es pas d’accord tu n’a qu’à quitter la boite dans laquelle tu as tant donné...
Je pense réellement que si la direction ne lance pas de vraies actions, il sera difficile, sur ces bases que je me considère comme ton collègue .. J’arrête là mais prend un peu de recul, ce qui m’arrives peut aussi t’arriver !

Logo de Ben
lundi 1er décembre 2008 à 22h26, par  Ben

Tu sais, Boule, il y a aussi des pays où les gens meurent par balle, d’autres où ils meurent de faim. D’autre encore, où les enfants vivent dans la rue, et ou existe encore le trafic d’organes. Alors ceux qui n’ont pas de travail et qui touchent (ou pas) le RMI ou le RSA doivent s’estimer heureux et arrêter de gémir...

Au fait, ça coûte combien le soleil ?

Pourquoi faudrait-il tirer toujours vers le bas, ne sommes nous pas dans un pays dit développé ?

Quand aux conditions de travail et le stress, c’était quand même la première revendication. Merci de t’y associer, car des fois je me demande si on parle français.

Logo de Ben
lundi 1er décembre 2008 à 22h13, par  Ben

Je rappelle quand même que le mouvement de grève ne portait pas exclusivement sur les écarts de salaires d’une population dans notre entreprise. Bien que cela soit d’un enjeu majeur, il y avait aussi 6 autres points...

Quant à la Direction, elle a longtemps refusé de reprendre les négociations, tant que la grève persistait. Ce n’est pas ce que j’appelle accepter le dialogue !

Si les gens sont sortis pendant une semaine, cela traduit vraiment un sentiment d’être incompris et un « ras le bol ». D’accord, les salaires étaient déjà bas chez ISFM, d’accord, les salariés ont subit cela des années. Mais EXA a été le légataire universel d’ISFM, pour les plus et aussi pour les moins. Ce problème de salaires, s’il existe depuis longtemps, depuis EXA, on peut comparer les choses plus facilement, ce qui n’était pas possible avant. Maintenant, on fait TOUS partie d’une grand groupe. Dans la convention Crédit Agricole, il y a fort à parier qu’un conseiller commercial de l’agence de la place de la Préfecture à Montpellier gagne autant que celui de la place du Vigan à Albi. On nous a vendu la convention Crédit Agricole, alors la moindre des choses c’est de l’appliquer.
Si demain tu fais l’objet d’une discrimination, ou d’une injustice, ou si tu estimes que ton salaire n’est pas assez élevé, ou si tes conditions de travail doivent être améliorées, je te défendrai comme je défends tous les salariés dans ce cas. Et pourquoi pas, je ferai grève pour cela, même si ça fait des années que tu le subis.

Après, si tu es d’accord avec les propositions de la direction, tant mieux pour toi. Moi, je trouve qu’elles sont insuffisantes, et j’observe que je ne suis pas le seul. Beaucoup de personnes ont cru que le seul problème était les écarts de salaires, mais ils découvrent maintenant (qu’ils soient grévistes ou non, d’ailleurs), qu’ils peuvent demander un repositionnement dans leur métier, par exemple.

Quand aux messages du forum, ils sont ouverts à tous, à toutes les convictions, même celles qui étaient excessives. Comme tu dis, tout cela alimente le débat. C’est quand même le but du forum, et même du site. Alors tu vois, les remarques qui te rangent du coté des gentils (canards) ne sont pas censurés.

Logo de Boule !!
lundi 1er décembre 2008 à 22h04, par  Boule !!

Je ne suis pas pro-direction ni contre les syndicats.
Je veux juste dire que je fais exactement le même constat que Bill, et ai le même avis que lui.
Bien sûr qu’il faut savoir revendiquer pour défendre ses droits (et les syndicats jouent ce rôle), mais il faut aussi savoir parfois apprécier la chance d’avoir simplement un travail et un toit.
Regardez un peu les actualités, et arrêtez de gémir sans cesse.
Le salaire est une composante importante mais la qualité de vie s’est toujours payé au prix fort. Si certaines personnes ne l’acceptent pas, qu’elles aillent vivre à Paris, elles pourront sans problème doubler, voire tripler leur salaire, et ainsi nourrir leur petite famille.
D’ailleurs au passage, si nos dirigeants pouvaient fusionner avec une entité parisienne, je suis sûr que cela nous permettrait à tous d’obtenir un triplement de notre paye ;o)))

Pour terminer, je sais qu’on approche de Noël, mais par pitié, arrêtez de penser que « Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil ». Des différences existent et existeront toujours.
Par contre battez-vous sur les conditions de travail et le stress quotidien, qui font des dégâts bien plus sournois.
Vous m’excuserez de ne pas signer mais vu l’ambiance qui règne envers ceux qui osent dire qu’ils ne pensent pas tout à fait pareil.....je préfère m’associer à mon copain Bill.

lundi 1er décembre 2008 à 21h00

Bonsoir,
Ni DS, ni de la direction. Ce que je dis est juste que il y a encore un an, ce choix familial que tu as fais correspond au meilleur compromis entre ta vie personnelle et professionnelle se transforme d’un seul coup en quelque chose d’inacceptable qui va jusqu’à se mettre en grève (je ne dis que ça en fait). La direction n’a jamais refusé le dialogue à lire les différents échanges ! Je suis très content d’avoir à travailler avec un ruthenois, apparemment heureux dans sa région qui a trouvé un sain équilibre de vie.
Pour Ben, quand à opposer les grévistes et les non grévistes, désolé mais à lire le forum, c’est pas la lecture immédiate que j’en fais...
De toute façon, je ne fais qu’exprimer des convictions et à alimenter le débat avec d’autres points de vue non partagés ici, je le sais bien.

Site web : bill
Logo de Un ruthenois heureux et fier de l’etre
lundi 1er décembre 2008 à 11h51, par  Un ruthenois heureux et fier de l’etre

Pour repondre a Bill , quand j’ai pris ce boulot il y a une dizaine d’années , je sortai de l’ecole .
N’ayant jamais travaillé dans la vie , j’avais 0 francs comme revenu et me retrouvait au crochet de mes parents .
J’ai ensuite signé le contrat avec joie malgre le bas salaire que l’on me proposait , pas par choix mais par obligation .
Avec le temps , effectivement on peut se dire , « ils payent mal , je me casse » . J’en connais qui l’on fait .
Mais quand tu as toujours vecu à Rodez , que tu as fondé une famille et fais construire , je ne pense pas qu’il soit si simple de dire
« basta , je me casse » .
Penses à ta femme , qui a un metier qu’elle aime , tes gamins qui s’eclatent avec leurs potes sur les pistes de ski de Laguiole .
Que penserez tu si c’etait l’inverse . Ta femme mal payée , et toi qui veut rester , qu’adviendrait il de votre vie de couple ?
Et au vu de la conjoncture actuelle , je te propose à toi de partir et de trouver une boite qui t’accepte .
Du cote de la roumanie tu aurais peut etre du succes
Bon courage à toi

Logo de Ben
lundi 1er décembre 2008 à 00h28, par  Ben

Oui, bien sur, c’est chacun pour soi.
Marche ou crève ! Si je ne suis pas content, je change d’entreprise. Surtout, je ne cherche pas à changer les choses ! C’est peut-être facile pour toi, c’est peut-être plus difficile pour d’autres. Si tu es mobile, si tu peux facilement changer de ville, de région, voire même d’emploi, bravo, j’applaudis à deux mains. Il ne sert à rien de se cacher derrière le fait que nous sommes dans une entreprise d’un grand groupe. D’ailleurs, quelle est la différence, sur le fond, avec la sidérurgie ou Renault ? Dans ces entreprises, doit-il y avoir des inégalités de salaire ? Je te laisse la responsabilité de tes allégations au sujet de tes propos économiques, le débat n’est pas là.

Car tu oublies le principal :
Si on ne ré-équilibre pas les salaires dans notre entreprise, imagines ce que fera un responsable de service ou d’unité, qui a des salariés d’origine de plusieurs sites qui constate des différences de salaires. A qui va-t-il donner des augmentations individuelles en priorité lorsqu’il va examiner le nuage de points ? Aux salaires les plus faibles, bien sûr ! Au détriment de qui ? Des salariés qui ont les salaires les plus forts. C’est à dire peut-être du tien. Alors qu’est-ce tu fais ? Tu changes d’entreprise ? Pourtant, le bassin d’emploi est conservé...

Le but de faire la grève n’est pas d’ébranler la direction. Le but est d’utiliser un droit qui pousse la direction à examiner des solutions pour satisfaire son personnel. Le but non plus n’est pas de diviser le personnel. Ca c’est la direction qui cherche à le faire, en montant les grévistes contre les non-grévistes, et à marginaliser le mouvement, en montrant du doigt les vilains petits canards. Les bons canards, eux, demandent aux vilains de reprendre le travail et accepter ce que propose la direction.

J’espère que Bill, comme tu signes, n’est pas un représentant du personnel, car il représente (et parle) comme la direction...

dimanche 30 novembre 2008 à 21h14

J’ai lu quelques débats sur les égalités entres nous. Je tenais à vous dire que le métier que j’exerce, je l’ai choisi, on me l’a proposé et ceci me permet à la fois de m’épanouir dans mon travail (certes non sans difficultés, mais ça met un peu de piment) et de pouvoir en vivre convenablement. J’entends des remarques de personnes qui exercent un métier identique depuis plus de 20 ans pour un salaire que je trouve effectivement faible. Au bout de tant d’années, personnellement, il y a longtemps que je serai parti. En dehors des exceptions pour qui la vie n’a pas porté chance, la vie est injuste et là on peut parler du rôle social de l’entreprise et de l’état, il faut quand même accepter le fait que le choix personnel de vie avec de faibles contraintes, sans vouloir chercher à « évoluer » ou que le type de métier n’apporte aucune opportunité, engendre des inégalités dont les hommes et femmes que nous sommes n’ont fait que le choisir. Comment est-ce possible que ce soit acceptable chez ex-ISFM pendant de longues années et inadmissible en GIE EXA ? Le CA n’a pratiquement jamais viré personne, la conjoncture est difficile, le groupe gagne malgré tout de l’argent, c’est le principe de fonctionnement de l’économie de marché, le meilleur système (en l’absence de réussite d’autres modèles utopiques...). A lire les revendications, on dirait que nous sommes dans la sidérurgie ou dans une l’usine Renault ! D’autres entreprises offrent d’autres opportunités, il est possible d’aller voir ailleurs si on n’est pas satisfait de sa condition. Le GIE permet de préserver des bassins d’emplois, heureusement que nous sommes dans une entreprise française de cette nature qui est plutôt « socialisante » une gestion à l’américaine offrirait d’autres résultats au groupe et aurait des conséquences autrement plus dramatiques.
Alors s’il vous plait, acceptez ce qui est proposé par la direction, il y a eu beaucoup trop de casse humaine et insister ne serait que nous desservir. Vous avez un pouvoir en bloquant l’entreprise, vous avez ébranlé la direction, très bien. Il faut remettre la machine en marche, se réconcilier, profiter des opportunités pour évoluer, essayer d’être les maître d’oeuvre de votre carrière, bougez, vivez mais dans le même sens en construisant un environnement de travail ou on prend du plaisir (on passe trop de temps au travail)

Site web : Bill

Agenda

<<

2018

>>

<<

Mai

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
30123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sites favoris


1 site référencé dans ce secteur