Nos enfants nous appellent ...

lundi 21 mars 2016
par  CGI
popularité : 0%

« Les jeunes dans la galère, les vieux dans la misère, de cette société là on en veut pas !! Etudiants, Salariés, Précaires et Retraités c’est tous ensemble qu’on doit lutter ! »

Oui, c’est les mains tendues et les bras ouverts que nos enfants défilent dans les rues et nous appellent à l’aide.

Depuis qu’ils sont nés, nous leur rabâchons : « c’est difficile, travaille à l’école pour choisir ton métier, pour pouvoir travailler, pour gagner de l’argent, pour vivre sereinement ».

Mais qu’ils soient exclus prématurément d’un système scolaire pillé des moyens nécessaires ou diplômés, voire très diplômés, ils sont tous confrontés à la précarité :

  • apprentissage long, peu formateur, qui exploite toujours plus et à moindre coût leurs petites mains pourtant indispensables à la création de richesse
  • stage long, créateur de projet, de valeur ajoutée sans reconnaissance financière, sans espoir de débouché concret
  • des milliers de candidatures, CV, lettres de motivation sans réponse
  • multiplication et enchaînement de CDD, des jobs souvent sans lien réel avec leurs connaissances et compétences et sans reconnaissance des exigences croissantes ...

Et ailleurs, ce sont des effectifs qui diminuent, une charge de travail qui augmente, des heures supplémentaires de travail parfois déclarées, souvent masquées, un forfait jour qui gagne du terrain, une qualité de service qui se délite, l’attente qui je généralise, du stress, la maladie, les burn-out, des suicides. Mais il faut toujours optimiser, mutualiser les taches entre les seuls travailleurs et les plans sociaux se multiplient pendant que les bénéfices explosent. Les entreprises se regroupent, donneurs d’ordre ne travaillant que leur marge, elles imposent aux petits fabricants les prix qui engendrent des régressions sociales sans fin (effectifs-chômage, salaires-précarité, exonérations de cotisations sociales-retraite/santé). Elles s’étendent jusqu’à devenir incontournables, comme les banques, dépositaire de la richesse créée, qui envahissent les domaines de l’assurance depuis l’immobilier jusqu’à la santé, la retraite, la dépendance sans oublier quelques participations dans l’énergie et l’agroalimentaire. Elles s’emparent aussi des principaux médias et financent ainsi une désinformation éhontée qui chaque jour agite des peurs et oppose les citoyens les uns aux autres : public/privé, avec et sans emploi, CDD/CDI, cadres/non cadres, entrepreneurs/salariés. Ces monstres de richesses accumulées, richesses créées par leurs salariées, usent de toutes leurs influences auprès d’une caste de gouvernants, au mieux contraints, souvent soudoyés quand ils ne sont pas simplement acquis à leur cause, pour soumettre à leur diktat, moyennes et petites entreprises, artisans et TOUS les salariés, ceux employés, comme ceux laissés sans emploi (vivier de potentielles chairs à produire) et retraités.

Du travail il y en a ! Et la richesse est produite en très grande quantité !

La désespérance de nos enfants est à la mesure des espoirs que devraient avoir leur jeune génération alors ces réalités deviennent pour beaucoup d’entre eux insupportables.

Et cette Loi Travail qui voudrait nous faire croire que :

  • faciliter l’allongement de la durée de travail de chacun
  • réduire le coût des heures supplémentaires
  • faciliter la réduction des salaires
  • faciliter les licenciements
  • réduire les pénalités de transgression du code du travail ... pourraient enrayer précarisation et chômage grandissant et seraient pour nos jeunes une chance, une opportunité de trouver plus rapidement un emploi durable et rémunérateur.

Si personne n’est dupe, si personne n’y croie, pour nos jeunes cette loi cristallise toute la perversité du système imposé !!

Les médias donnent principalement la parole à ceux qui prétendent que les opposants ne seraient que des conservateurs, installés dans un petit confort, réfractaires au changement, dans un déni total des « évolutions » inéluctables d’une société « moderne ».

Le gouvernement, M. Valls en tête, ne cesse d’évoquer des « incompréhensions ». A l’entendre, il faudrait simplement « faire de la pédagogie », et les braves citoyens qui pour l’instant n’ont rien compris et sont manipulés par d’affreux idéologues se rendraient compte que cette loi est merveilleuse. D’ailleurs comment « les sans dents » de Mr Hollande, « les illettrés » de Mr Macron pourraient-ils comprendre ces choses complexes que seuls ne maîtrisent des ministres n’ayant jamais mis un pied dans l’entreprise (ou bien seulement en qualité de cadres dirigeants, chez Rothschild et consort).

Drôle de pédagogie qui consiste à enfumer, embrouiller, manipuler, et mentir éhontément. On nous rejoue la pièce tragi-comique du référendum de 2005. Là aussi la « pédagogie » était appelée au secours à chaque coin de plateau télé. Des ateliers de lecture avaient été organisés partout dans le pays pour s’approprier le texte et le Traité Constitutionnel Européen avait été rejeté suite à une forte implication du peuple dans les débats... jusqu’à ce que la « pédagogie » nous apprenne que y compris le vote du peuple aux yeux de nos gouvernants ne valait rien.

Aujourd’hui encore, le mépris que suppose un tel discours infantilisant ne peut que nous révolter davantage. C’est aussi le symptôme d’une caste politique coupée du peuple qui ne le représente plus du tout.

Alors bien au delà de la seule loi Travail, il faudra aussi en finir avec ces institutions qui permettent à cette petite caste de se moquer de nous pour ne protéger que les intérêts particuliers des 1% qui se partagent la moitié d’une richesse issue des entrailles de la planète et de notre travail quotidien !

La démocratie suppose l’intervention d’un échantillon représentatif des citoyens dans la gestion de « la cité ». Un système politique qui propose un échantillon permanent de représentants, élus par l’expression mal éclairée d’à peine la moitié des électeurs, sur des promesses systématiquement dévoyées, n’est plus une démocratie mais une oligarchie mafieuse.

Faire de la politique n’est pas un métier, la société civile doit être représentée dans toutes ses diversités, avec un renouvellement constant.

Les 24 et 31 mars prochains tous ensemble dans la rue, rejoignons notre jeunesse qui a bien compris que l’avenir est dans ses mains, dans les nôtres, dans les vôtres : NON à la Loi Travail, NON à la dictature des Multinationales !!


Agenda

<<

2019

>>

<<

Janvier

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
31123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois