Compagnon de Colère

vendredi 18 janvier 2013
par  CGI
popularité : 1%

En 2009, un seul et unique système d’informations pour les 39 Caisses Régionales de CA, un système qui place le client au cœur d’une technologie novatrice, multicanal, aux processus interruptibles, était envisagé : un projet, a priori, très ambitieux.

Mais pour ce projet pharaonique, il est annoncé moins de sites et moins de postes informatiques, dans un premier temps. Il est élégamment évoqué aussi les seconde et troisième lames mises en place (coopérations inter-caisses et self-service client) qui conduiront ensuite à des milliers d’emplois sacrifiés au Crédit Agricole. Et le projet est devenu réalité !

Alors, il y eut et il y aura encore des départs en retraites non remplacés, un reclassement rapide et massif d’informaticiens vers les métiers de la banque et certains attendent encore un vrai poste.

Et pour les autres, ce fut et c’est encore des changements d’emploi, parfois aussi des modifications de classification pas toujours heureuses, des mobilités géographiques, de nouvelles contraintes cachées au fond du paquet cadeau, des soldes de congés qui disparaissent alors que l’on a beaucoup travaillé l’année précédente, des modifications d’outils, de processus : bref une déperdition d’énergie, d’expertise, de compétence, de qualité de vie...

 Pourtant tout était à faire !!

Alors, on desserre un peu les plannings, on fait appel à de nombreux prestataires pour compléter les équipes, pour appliquer les réalisations intermédiaires nécessaires mais jetables et pour réaliser aussi les applications novatrices d’avenir...

Dans l’esprit de la direction, les salariés sont préservés d’une participation aux travaux jetables sans intérêts pour l’avenir et sont à la fois trop âgés pour maîtriser les nouvelles techno. Mais ils sont assurés d’un transfert de compétence ultérieur...

Malgré la désorganisation ambiante et les multiples contraintes, 10 bascules s’enchaînent enfin en 2012, ça marche pas trop mal en apparence mais c’est cher, très cher, trop cher !!

Alors, on dépouille rapidement les unités GSI (et d’autres) de leurs effectifs complémentaires de prestataires, souvent sans transfert de compétence et à charge de travail équivalente.

De fait, la charge de travail de chaque salarié augmente, les conditions de travail s’altèrent toujours plus, mais il faut limiter les frais !!

Puis, on annonce en 2013, aux mêmes équipes, qu’en 2 mois et demi à peine, leur sera affectée l’activité délicate de support aux bascules avec toutes les contraintes liées.

Pour limiter les surcoûts du projet :

  • Le travail de 150 prestataires sera partagé par 300 salariés internes
  • Avec toutes les contraintes attachées (astreintes un week-end sur deux)
  • en plus des charges excessives de travail ordinaire d’origines diverses
  • et des contraintes de fonctionnement devenues usuelles (astreintes la nuit en semaine)

La charge de travail devient surréaliste, les contraintes inacceptables et les conditions de travail insupportables.

  • Les élus CE et CHSCT ne sont ni informés, ni consultés...
  • Les questions des délégués du personnel ne reçoivent aucune réponse !!
  • « Selon la direction, les succès 2012 garantissent les travaux à venir et la confiance règne »
  • Des explications seront directement données aux salariés.

Sous son apparente avancée technologique, un projet machiavélique de rationalisation qui visait à faire très très vite, beaucoup plus avec toujours moins fera bien peu, assez vite, avec beaucoup beaucoup moins.

Au prix du sacrifice des conditions de travail des salariés, pour ne rien perdre aux économies annoncées !

Et tout le monde le sait bien mais au Crédit Agricole :

  • On ferme les sites désertés volontairement par les salariés
  • On supprime des postes sans supprimer d’emplois
  • On change de métiers parce que c’est enrichissant
  • On réalise une mobilité pour voir du pays
  • On travaille le dimanche parce l’ambiance est sympa
  • On travaille la nuit parce qu’on est indispensable
  • Et surtout on se tait parce qu’on est pas à la mine et en plus on a un emploi !!

Rien n’est le fruit du hasard :

  • Ils ont jeté tout mon travail, je n’ai rien dit : un autre était à faire
  • Ils ont jeté les retraités, je n’ai rien dit : je n’avais même pas 50 ans
  • Ils ont jeté les détachés, je n’ai rien dit : moi j’étais CAT
  • Ils ont jeté des administratifs, je n’ai rien dit : j’étais informaticien
  • Ils ont jeté les prestataires, je n’ai rien dit : je ne le suis pas (ou plus)
  • Ils ont jeté les informaticiens, ils n’ont rien dit : ils étaient agents de banque eux !!

Que faire d’informaticiens qui géreraient moyennement bien des bascules, ne parviendraient pas à traiter les besoins quotidiens des caisses régionales, rafistoleraient plus qu’ils n’innoveraient ??

La voie se trace peu à peu « à chacun son métier » et celui du Crédit Agricole est d’être banquier !!

 

Ci-joint, la lettre ouverte envoyée par le CE et tous les syndicats aux DG de CAT et CAS, ainsi qu’à l’inspection du travail, aux DG et présidents des CR... sans réponse actuellement, ainsi que la question DP commune aux trois zones et à tous les syndicats... sans réponse non plus...


« Les seuls combats perdus d’avance sont ceux qui ne sont pas menés ».


Documents joints

Lettre ouverte aux directeurs
Lettre ouverte aux directeurs
Question DP
Question DP

Agenda

<<

2019

>>

<<

Février

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sites favoris


1 site référencé dans ce secteur

Brèves

1er novembre 2013 - Ecotaxe Poids Lourds

La CGT Transport (Bretagne) nous ouvre d’autres perspectives d’analyses ... pour (...)

26 août 2013 - CHICHE !

Tous droits réservés Marianne 2013 Parution : Hebdomadaire Plus cher que le coût du travail, (...)

21 avril 2013 - ANI - Coup de force au Sénat

En ce 21 avril, alors que le Sénat examinait l’article 4 du projet de loi transposant (...)

2 juillet 2012 - Les bijoux de famille, soldes nationales

Le Crédit Agricole chercherait à se séparer de sa filiale Cheuvreux. Le bruit court, persiste, (...)

27 avril 2012 - Sur le 1er Mai, l’ombre de Pétain

PAR LAURENT MAUDUIT ARTICLE PUBLIÉ LE MARDI 24 AVRIL 2012, sur Mediapart La nouvelle polémique (...)